Endométriose & travail : près d’1 salariée malade sur 2 obligée de poser des congés

Endométriose & travail : près d’1 salariée malade sur 2 obligée de poser des congés

À l’occasion de la Semaine de la Qualité de Vie au Travail 2021, AÉSIO mutuelle révèle les résultats d’une enquête* menée avec Harris Interactive pour comprendre l’impact de l’endométriose au travail. Cette maladie invalidante touche 1 femme sur 10 en France avec des conséquences notables sur leur vie professionnelle. Aujourd’hui, quelle place pour cette pathologie en entreprise ?
Plus d’une femme sur dix touchée par la maladie
Parmi les interrogées, plus d’1 sur 10 pense être atteinte d’endométriose et 6% affirment avoir été diagnostiquées. Des résultats cohérents avec les chiffres officiels et enjeux de diagnostic de cette maladie. Pathologie douloureuse et diagnostiquée tardivement dans un délai moyen de 7 ans, l’endométriose et ses symptômes restent méconnus. Affection parfois incapacitante, elle peut provoquer des difficultés dans la vie professionnelle des salariées atteintes. Certaines patientes témoignent de « stratégies » mises en place pour supporter les effets de l’endométriose tout en conservant une activité professionnelle.

67% des actifs jugent prioritaire l’aménagement des conditions de travail en cas d’endométriose
Au cours des 12 derniers mois, 46% des salariées atteintes d’endométriose ont eu un arrêt de travail ou ont posé des jours de congés à cause de cette maladie. Ce chiffre significatif atteste de la nécessité d’une prise en charge adaptée pour limiter l’impact et le coût sociétal de cette pathologie. L’enjeu de la prise en compte de l’endométriose en entreprise révèle une tendance plutôt favorable : deux tiers des actifs, femmes et hommes, jugent prioritaire l’aménagement des conditions de travail en cas d’endométriose. Loin devant la mise à disposition de protections périodiques et le congé menstruel sur lesquels ne s’accordent qu’un peu plus de la moitié des interrogés.
De nombreuses femmes atteintes d’endométriose rapportent de fortes douleurs pendant mais aussi en dehors de la période de règles qui amènent à l’interruption de l’activité professionnelle. Poser des congés ou obtenir un arrêt de travail n’est pas toujours une option mais plutôt une solution de secours qu’un véritable accompagnement pérenne. L’adaptation du poste et des conditions de travail pour ces salariées, en concertation avec leurs managers, demeure un enjeu majeur de santé et de qualité de vie au travail.

Libérer la parole et engager le dialogue avec les managers
La thématique reste effectivement peu abordée dans le milieu des entreprises. Un tiers des actifs déclare avoir évoqué le sujet de l’endométriose au travail, pour plus de la moitié, à l’oreille de collègues femmes. Seuls 5% ont déjà parlé d’endométriose avec leur manager ou supérieur hiérarchique. Un fossé générationnel se dessine : plus généralement sur la question des douleurs menstruelles, 70% des personnes qui osent en parler en entreprise sont des femmes âgées de 18 à 24 ans. L’endométriose constitue bien une problématique prioritaire pour mise à l’agenda des entreprises sans plus attendre.

Pour Sophie Elkrief, directrice générale d’AÉSIO mutuelle :
« Engagée et impliquée activement dans la prévention, AÉSIO mutuelle considère la prise en compte des enjeux de santé des femmes comme essentielle pour vivre mieux, ensemble, plus longtemps, dans la vie personnelle comme au travail. La santé des femmes ne doit plus être réduite à l’aspect gynécologique mais appréhendée de manière transverse : sensibilisation sur les facteurs de risques à tout âge, manifestation des symptômes parfois différents des hommes, risques de récidive. L’hygiène de vie est impliquée dans l’apparition de nombreuses maladies et cancers, la prévention, l’information et le dialogue sont des enjeux incontournables pour inverser la tendance. »

Pour Dr Reboul, chirurgien gynécologue et spécialiste de l’endométriose à la Clinique Mutualiste de Saint-Etienne AÉSIO Santé :
« Sensibiliser et informer l’ensemble des salariés en entreprise permet de lever le voile sur cette pathologie. La pédagogie est importante avec l’ensemble des parties prenantes dans le quotidien des femmes. En entreprise avec leurs collègues et leurs managers, auprès de la médecine du travail, comme chez leur médecin traitant, les femmes atteintes d’endométriose doivent pouvoir se sentir écoutées et accompagnées. L’adaptation de leurs conditions de travail fait partie des chantiers prioritaires à engager aujourd’hui. »

* Étude réalisée par Harris Interactive pour AÉSIO mutuelle auprès de 2 000 répondants représentatifs de la société française interrogés en mai 2021
Click to rate this post!
[Total: 3 Average: 5]

Vazy Mollo

Related Posts

#biotech #variants : BforCure développe son projet CovVaDis de détection rapide des variants du SARS-Cov-2

#biotech #variants : BforCure développe son projet CovVaDis de détection rapide des variants du SARS-Cov-2

42% de cancers diagnostiqués en moins en France à cause de la pandémie de Covid-191

42% de cancers diagnostiqués en moins en France à cause de la pandémie de Covid-191

Nahibu démocratise l’analyse du microbiote intestinal, en proposant des kits grand public disponibles en pharmacie. Une première en Europe !

Nahibu démocratise l’analyse du microbiote intestinal, en proposant des kits grand public disponibles en pharmacie. Une première en Europe !

Vik Poumon, l’application pour accompagner les patients vivant avec un cancer du poumon

Vik Poumon, l’application pour accompagner les patients vivant avec un cancer du poumon

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code